Rédiger un contenu SEO efficace en 2021 : Mon Process Complet

Dans cet article, je vais détailler le process exact que j’utilise pour rédiger des articles, des guides, des pages de vente optimisés SEO.

Le but : faire apparaître ces contenus en première page de Google. Donc attirer du trafic qualifié.

Étape par étape, voici le guide que j’utilise pour me briefer avant d’écrire.

Je l’ai ajouté dans mes favoris. Si vous faites pareil à la fin de votre lecture, c’est que j’ai bien fait mon travail.

1. Comprendre l’intention de recherche de mes (futurs) visiteurs

Pour faciliter la compréhension de cet article, je vais utiliser des exemples.

On va donc prendre un article que j’ai rédigé sur un de mes sites. Voici l’article en question : https://tolkers.com/formation-poker/.

J’ai visé la première position sur le mot-clé « formation poker » qui est une requête à haute valeur ajoutée.

La raison essentielle : Les joueurs débutants perdent de l’argent en jouant au poker. Je l’ai été. C’est extrêmement frustrant.
Ce sont de très bonnes cibles qui sont susceptibles de payer une formation de poker.

Ces formations sont coûteuses. Elles sont perçues (et vendues) comme un investissement à long terme.
Si un de mes visiteurs clique sur un lien affilié vers le site d’un de partenaires pour lui acheter une formation, ma commission sera élevée.

Bref, j’ai réussi à classer mon site en première position sur cette requête.

Résultats sur Google en tapant le mot-clé « formation poker »

Revenons au process de rédaction SEO utilisé, qui a visiblement porté ses fruits.

3 Questions à se poser avant de faire le plan de rédaction

  1. Que recherche l’internaute en tapant son mot-clé ?
  2. Quel problème essaie-t-il de résoudre ?
  3. Quelle solution a-t-il envie de trouver ?

Répondre à ces 3 questions me permet de rentrer dans la tête de ma cible, en quelques sortes.

Parlons maintenant de l’intention de recherche.

Schéma expliquant l'intention de recherche des utilisateurs en SEO.

Dans le monde du SEO, on a pour habitude de classer les mots-clés en 4 types de recherches :

  • Besoin d’information : A ce stade, l’internaute n’est pas prêt à sortir la carte bancaire. Il se renseigne. On créé un contenu éducatif pour y répondre (FAQ, guide, etc.) ;
  • Comparaison : On avance dans l’entonnoir de conversion. Ici, on cherche à choisir entre plusieurs solutions pour régler un problème, combler un besoin. On est conscient du problème ;
  • Transaction : Nous voilà au bout de l’entonnoir. Notre internaute est prêt à acheter.
  • Navigation directe : Cette catégorie est particulière. Elle contient les mots-clés qui sont des noms de produits spécifiques ou de marques. Par exemple si quelqu’un tape « Antoine Ferec » sur Google, il me connaît et veut juste accéder à mon site, qui sera le premier résultat dans 99% des cas.

Maintenant qu’on a réfléchi à ce que souhaite notre utilisateur (s’informer, sélectionner, ou acheter) on peut passer à l’étape suivante qui consiste à observer les résultats de recherche.


2. Voir ce que Google aime afficher pour notre mot-clé

Ici, nous voyons que les 2 sites que j’ai réussi à dépasser sont des coachs de Poker. Un article de blog, et une page d’accueil.

Pour info : PokerPro.fr est le site de YohViral. C’est un joueur professionnel et coach de poker reconnu. Son site est autoritaire, populaire, et bien fourni en contenu poker.

Pourtant, c’est bien le petit Tolkers.fr qui est en première position depuis des mois.

Et ce, seulement grâce à l’optimisation SEO et la qualité de mon contenu. Cette page sur les formations de Poker n’a reçu aucun Backlink.

Score SEO d'un article sur les formations de Poker du site Tolkers.com
Ma page ne reçoit aucun lien entrant.

Ce qu’il faut retenir, c’est que Google affiche en priorité les types de contenus qui vont satisfaire les internautes.

Si vous voyez des articles de blog dans les 5 premières positions, écrivez un MEILLEUR article de blog.

Si Google affiche des Vidéos, pourquoi pas en produire une. On peut la publier sur YouTube. Puis on l’intègre dans notre article de blog.


3. Produire un contenu qui va se différencier : la fameuse Méthode 10X

« Faites ce qu’ils ne sont pas prêts à faire ».

Et bien, c’est exactement comme ça que j’ai raisonné pour produire cet article complet de 3200 mots sur les meilleures formations de Poker.

J’entends beaucoup parler de « méthode 10X » : Faire 10X mieux que nos concurrents.

Si je la résume, notre contenu doit être :

  • + Complet ;
  • mieux illustré ;
  • + Digeste ;
  • + Fiable ;
  • + Intéressant ;
  • Durable ;

Mais à qui se comparer avant de produire un « meilleur contenu » ? Meilleur que quoi ?

Analyser les forces et faiblesses de nos concurrents

Rassurez-vous, je ne vais pas vous recracher un cours de Marketing sur l’analyse SWOT.

Avant de me lancer dans la rédaction d’un article, que je souhaite faire ranker, il me faut un Brief.
Je dois comprendre comment faire MIEUX que ceux qui occupent actuellement la première page de Google.

Les éléments sur lesquels je prends des notes pour préparer mes contenus sont :

  • L’utilisation de médias
  • La quantité de texte
  • La qualité rédactionnelle et la mise en page
  • L’autorité du contenu

Les médias (audio, image, vidéos, graphiques)

Mes concurrents ont-ils intégré des images uniques (qui ne viennent pas de banques d’images, ou alors ont été modifiées) ?

Les articles que je veux dépasser contiennent-ils des infographies originales ?

Mêmes questions pour les vidéos.

Utiliser de bons éléments visuels dans notre contenu est une opportunité. Aujourd’hui, trop de marketeurs minimisent leur impact.
Dommage pour eux. Google récompense les contenus visuellement riches.

💡RESSOURCE : Les recommandations de Google pour vos images et vidéos.

Le nombre de mots

Voici un autre élément qu’il est important d’observer : le nombre de mots écrits en moyenne. Les 5 premières pages des résultats de recherche suffiront pour calculer notre moyenne.

Une fois qu’on connaît ce chiffre, on le multiplie par 2 voire 3. Ce résultat sera notre objectif de production.

Pour effectuer rapidement ce petit calcul tout simple, voici comment je m’y prends.

Tout d’abord, j’ai installé l’application Keyword Surfer sur Google Chrome. Elle me permet d’obtenir en temps réel des informations sur les volumes de recherche mensuels des mots-clés. Cette app gratuite va également compter le nombre de mots écrits dans articles des SERPs (résultats de recherche).

Voici un exemple pour les contenus qui apparaissent sur la requête « améliorer score pagespeed insight » :

Capture d'écran des résultats de Google avec l'application Keyword Surfer
Capture d’écran des résultats de Google avec l’application Keyword Surfer

Ici, je vois que tous les contenus ont au moins 1000 mots. Les 2 premiers sont environ à 1600.

Celui de Kinsta.com se distingue avec pas moins de 7000 mots. Pas mal. Pourtant, on voit que cela n’a pas suffi à être premier. Pour l’instant.

« Comment augmenter son score Page Speed Insights » est une requête sur laquelle je peux apporter une tonne de réponses. Des réponses qui aident une audience qui m’intéresse (les débutants en SEO, par exemple).

Je vais me fixer comme objectif d’écrire dans mon guide 3500 à 4000 mots environ ce qui me semble être un juste équilibre entre « complet » et « raisonnable ».

Pour rappel, le contenu doit rester digeste et synthétique.

LE RAISONNEMENT A GARDER EN TÊTE :

Quand je faisais moi-même des recherches à ce sujet, je n’avais pas forcément envie de lire un énorme pavé.

Oui, je veux des solutions complètes pour apprendre à améliorer la vitesse de chargement de mes pages web.
Mais je veux quelque chose de pratique et facile à comprendre !

Je n’ai pas besoin que l’on m’explique en détail le fonctionnement du serveur de mon hébergeur web.

En résumé :

  • Google aime et récompense les contenus fournis et complets ;
  • Ecrire 10x plus de mots que ses concurrents NE GARANTIT EN AUCUN CAS que l’on va se classer premier ;
  • Les moteurs de recherche accordent au moins autant d’importance à la qualité des informations qu’à la quantité d’informations. A nous de trouver le juste milieu.

Passons au point suivant : la Lisibilité.

Le contenu est-il Agréable à lire ?

C’est vraiment un point sur lequel j’essaie d’être le plus attentif possible. Car la lisibilité et l’organisation d’un contenu peuvent clairement faire la différence. Et c’est tout à fait normal.

Beaucoup de Blogs, de sites d’affiliation ou de sites corporate négligent trop cet aspect vital pour le SEO.

📌 Un contenu lisible et agréable = un lecteur qui prend plaisir à parcourir nos textes = + de chances qu’il continue à lire d’autres articles et passe du temps sur notre site.

Je détaillerai ce sujet de la lisibilité sur écran (desktop & mobile ) un jour. Il est intéressant à décortiquer.

En attendant, je peux garder 2 ressources sous la main à ce sujet :

Les essentiels à retenir :

  1. SIMPLE
    • Favoriser les phrases courtes ( + ou – 14 mots)
    • Préférer les mots courts
    • Dire l’essentiel de notre propos au début de la ligne ou du paragraphe
  2. STRUCTURE
    • Paragraphes courts (une centaine de mots maximum)
    • Dans un chapitre ou un sous-chapitre : 300 mots
    • Présenter le contenu avec les balises H2, H3, H4 etc dans un ordre logique et cohérent
  3. CONCIS
    • Utiliser beaucoup de verbes
    • Formuler de manière active. Limiter l’utilisation de la forme passive.
  4. CAPTIVER
    • Illustrer le contenu avec des médias pour garder l’attention du lecteur et faciliter sa compréhension ;
    • Utiliser une police facile à lire (Helvetica, Open Sans, Verdana, Karmensin, Geller, etc.)

🛠 Outils pour tester gratuitement la lisibilité de notre texte : YoastSEO (sur WordPress) | ReadAble sur Webfx.com.

Test de la lisibilité de mon article sur le Copywriting (Webfx.com)

L’essentiel à noter sur le 10X Content

On doit toujours vouloir faire « 10X mieux » que nos adversaires pour les dépasser.

Je précise tout de même que ce conseil n’est pas à prendre au pied de la lettre pour le nombre de mots à rédiger.

Le contenu dans sa globalité doit être « 10X meilleur ». Des images plus travaillées. Accroître la lisibilité des arguments. Présenter avec une structure plus détaillée et cohérente.

Et surtout : Personnaliser. Cette notion me permet de faire la transition sur la partie suivante => Rendre notre contenu UNIQUE.


4. Se Différencier avec nos expériences personnelles

Sur le web, on ne peut plus rien inventer ou presque en 2021.

Aujourd’hui, un bon contenu comporte des histoires, des retours d’expérience REELS et UNIQUES.

Par exemple dans cet article que vous êtes en train de lire. Je me suis basé sur une expérience personnelle : Ma page sur les formations de Poker (évoquée plus tôt).

Et je pourrais vous parler d’autres expériences, appuyées par MES DONNÉES. Des chiffres obtenus par mon travail et mon expérience.

Une partie des données du trafic SEO sur un de mes sites-test (Tolkers.com) observées sur Ahrefs.

Rien de magique. Seulement des tests pour comprendre les moteurs de recherche. C’est mon job au quotidien. Pour mes clients en premier lieu. Et ensuite pour moi, afin de m’améliorer.

Et en vous proposant ces données factuelles, j’obtiens :

  • + de crédibilité. Je parle de choses que je fais, et de mes expériences ;
  • un contenu unique qui me permet d’illustrer mes articles ;
  • du contenu unique à raconter pour appuyer mes propos et conseils.

Les études de cas, les chiffres et statistiques sont importants pour confirmer des arguments ou des suppositions.

Il est préférable d’avoir les nôtres, bien sûr. Et quand cela n’est pas possible, que faire ?

La réponse simple : utiliser des études existantes. Faire référence à des données provenant de sources autoritaires dans leur domaine.

Pour les trouver, Google est notre ami.


5. La Valeur Donnée est la clé

Comprendre l’intention de recherche de nos internautes, c’est fait.

On a étudié les contenus qui se positionnent sur Google sur ce mot-clé pour faire encore mieux.

Puis on a prévu un plan structuré, et logique. Avec des phrases rythmées. Simple, compréhensible.

Pour appuyer notre autorité sur le sujet, on raconte une expérience unique et personnelle intéressante (quand c’est pertinent).

Des images, des vidéos, des graphiques nous permettent d’aérer et illustrer nos textes. Tout en retenant l’attention de notre lecteur.

Je vais devoir insister sur un dernier point crucial. Notre contenu doit apporter de la VALEUR.

Dans la Rédaction SEO, absolument PERSONNE ne s’intéresse à CE QUE JE PENSE avoir écrit d’intelligent, ou de beau.

Que ce soit bon, ou mauvais, le lecteur n’est pas là pour me juger. Il s’en fout totalement. Son unique intérêt, c’est de trouver ce qu’il cherche.

C’est le seul moyen pour qu’il ait envie de continuer à m’accorder de son temps.

Un visiteur confiant, peut devenir un prospect, puis un client 🧲.


6. Optimisations SEO On-Page de base

Une fois que je suis content de mon article, je l’optimise pour le SEO.

En ce qui me concerne, j’utilise le plugin RankMath sur tous les sites WordPress pour remplir mes métadonnées.

5 optimisations de base

  1. Placer son mot-clé principal : Dans le Title, l’URL, la première phrase du contenu, la méta-description, et le H1
  2. Utiliser des synonymes et des variantes de notre mot-clé : à l’intérieur des paragraphes ainsi que dans les titres
  3. Vérifier la vitesse de chargement : Notre contenu doit charger le plus rapidement possible sur ordinateur et sur téléphone
  4. Un contenu responsive : C’est une évidence en 2021, tout le design du site est adapté aux smartphones et aux tablettes
  5. Faire des liens externes vers des sources autoritaires (sites en .gouv par exemple)

Le mot de la fin

Voilà, c’était le Process d’écriture SEO que j’utilise actuellement. Il y a sûrement des tonnes d’autres techniques et stratégies à découvrir.
Je serais ravi de pouvoir les connaître, les tester, et vous en parler dans une mise à jour de ce contenu.

Un texte ne sera jamais « parfait » en SEO. Cela n’existe pas. Tout est optimisable, et améliorable.

Rappel des 6 étapes que je suis pour rédiger mes articles SEO :

J’espère que ce guide vous aidera à mener votre réflexion. Peut-être qu’il a réveillé votre créativité. Moi en tout cas, il m’aide très souvent. Dès que j’ai besoin de me rafraîchir la mémoire avant d’écrire, je le lis.

Sur ce, je vous souhaite une bonne rédaction, et de beaux résultats SEO.

PS : Vous avez la flemme d’écrire des articles pour votre stratégie SEO ? Vous pouvez me contacter ici. On verra ce que je peux faire.

Antoine

Partager cet article :

Laisser un commentaire