Google Webmaster Guidelines : Les Recommandations SEO officielles

On s’attaque à un des fondements du SEO : Les « Google Webmaster Guidelines« .

C’est en quelque sortes le règlement intérieur de Google. L’enfreindre, c’est risquer d’être pénalisé. Ou pire, exclu.

A l’inverse, bien se comporter avec les robots-algorithmes de Google facilite le travail d’indexation, et l’apparition de nos pages web dans les résultats de requêtes.

Mon travail consiste à séduire les moteurs de recherche au quotidien. C’est pourquoi je vous partage maintenant les consignes les plus importantes, quelques problèmes courants et comment les résoudre.


Key Points | L’essentiel de cet article :

  • Bien comprendre les Webmaster Guidelines de Google permet d’éviter certaines erreurs qui endommagent le référencement
  • Google ajoute souvent de nouvelles recommandations : restez connectés avec les experts SEO et suivez les newsletter de Google Search
  • Une architecture du site claire avec une hiérarchie logique entre les contenus permet une meilleure compréhension par Google et par les utilisateurs
  • Le contenu doit être unique, riche en informations, agréable à lire, et optimisé.

Que sont ces fameuses Google Webmaster Guidelines ?

Pour introduire le sujet dont nous allons parler dans ce guide, voici la définition officielle de Google :

« Les consignes aux webmasters incluent des bonnes pratiques générales à suivre pour permettre à votre site de s’afficher dans la recherche Google, ainsi que des consignes relatives à la qualité qui, si elles ne sont pas respectées, peuvent empêcher votre site d’apparaître dans la recherche Google. »

Google Search Central

On peut les catégoriser en 3 types :

  • Consignes pour webmaster relatives à la technique du site (le code, l’accessibilité, le balisage et la structure, etc.) ;
  • consignes sur le contenu ;
  • recommandations sur la qualité, et prévention contre les mauvaises pratiques.

Ces bonnes pratiques à mettre en place favorisent donc l’indexation d’un site web, et augmente ses chances de bien classer ses pages sur les mots-clés qui intéressent le webmaster.

Google insiste aussi sur la création de contenu destinée à un humain, et non pas à des robots. L’expérience utilisateur est de plus en plus importante dans les critères de notation de Google.

Selon Google, 3 piliers forment le socle d’un site optimisé pour son moteur de recherche.

Nous sommes incités à :

  1. Aider Google à trouver nos pages ;
  2. aider Google à comprendre notre site ;
  3. proposer à nos utilisateurs une expérience agréable sur nos contenus.

Bien sûr, c’est plus facile à dire qu’à faire. Les facteurs analysés par les algorithmes de recherche se comptent probablement en centaine ! Impossible ou presque de tout optimiser.

Cependant après avoir lu ce guide, vous aurez franchi un cap. Pour commencer le SEO, il faut bien un point de départ. Mettre en place les recommandations essentielles de Google en est un.

A LIRE : Les bases du référencement naturel : formation gratuite.

1. Linking interne : Relier les pages indexables entre elles

Google recommande explicitement que toutes les pages d’un site soient reliées à au moins une autre page.

Ces liens peuvent être faits depuis un Menu, un Footer, une SideBar, dans le texte lui-même, dans un Call-to-Action. Et il faut aussi penser aux BreadCrumbs (les chemins de navigation au début d’une page) qui sont très importants pour la structure de contenu tout comme la Sitemap.

Illustration / Exemple concret 🔍

Disons que j’ai une page A sur le thème du SEO accessible depuis ma page d’accueil. Je décide de créer un article B et C sur le thème du SEO également. Dans l’idéal, je fais un lien depuis ma page A vers l’article B et/ou l’article C.

Puis je relie B et C mutuellement. Enfin, je peux décider que B et C vont tous les deux faire un lien vers A.

Rendre ces liens utilisable par Google est également très important. Vérifiez bien qu’aucun lien interne que vous voulez « montrer » au moteur de recherche ne comporte la mention ‘Nofollow‘.

Exemple dans un de mes articles :

Pour inspecter un lien, passez la souris dessus, faites un clic droit puis ‘Inspecter’
Ici, il faut regarder dans mon lien entre les balises <a> et </a> plus précisément à l’attribut rel="norefferer noopener". Pas de « nofollow », c’est tout bon !

💡Bon à savoir : L’architecture dite « en silo » est souvent recommandée par les professionnels du Marketing Digital, et par Google. Ce type de structure de contenu consiste à bien catégoriser les pages et articles par sujet ou thèmes, tout en les hiérarchisant.

Les problèmes de linking interne fréquents

  • Certaines pages sont orphelines dans le Sitemap du site ;
  • les contenus sont situés trop profondément dans l’architecture (à + de 4 clics ou liens internes depuis la page d’accueil) ;
  • des liens sont cassés, mal redirigés, ou nofollow. Le moteur de recherche se perd.

Comment les résoudre

Ne pas hésiter à revoir son architecture de site. Cela ne veut pas dire modifier tout son contenu, mais le réorganiser.

Même si cela prend du temps, c’est un investissement SEO non-négligeable.

Utilisez un outil comme Ahrefs ou Semrush pour détecter les problèmes de liens brisés, ou nofollow. Ces liens doivent êtres réparés au plus vite.


2. Optimisation du Budget de Crawl : Robots.txt & Sitemap.xml

Google est une entreprise qui maîtrise ses coûts. Pour trouver, comprendre, comparer et classer des centaines de milliers de sites chaque seconde, j’imagine que c’est essentiel.

Il est donc très important de dérouler le tapis rouge aux algorithmes de recherche de Google. C’est ce que l’on nomme l’optimisation du « budget de crawl ».

En résumé : On facilite le travail de Google quand il passe sur notre site. Afin qu’il puisse bien découvrir notre architecture et notre contenu.

Pour effectuer ce crawl, Google fait deux choses :

  1. Suivre les liens
  2. lire le fichier robots.txt : ce fichier donne des indications à Google sur ce qu’il a le droit ou non d’explorer
  3. consulter la Sitemap (fichier généralement en .xml).

Aucune raison d’avoir peur de ces termes, qui désignent en fait des choses assez simples.

💡Pour aller plus loin : Google Search Central a publié une FAQ sur les robots de recherche. Un contenu intéressant, mais selon moi destiné à un public assez mature dans le SEO. Toutefois, c’est une bonne ressource pour optimiser le budget crawl de votre site.

Les soucis récurrents concernant l’Accessibilité au Crawl d’un site web

Problème : Le fichier robots.txt contient une ligne « Disallow :/ » au mauvais endroit empêchant l’exploration de certains contenus (voire de tout le site).

Solution : Accéder à son fichier robots.txt. Supprimer cette ligne « Disallow :/ ». Ou bien remplacer « Disallow » par « Allow »

Problème : Le fichier robots.txt ne contient pas de lien vers le fichier sitemap.xml

Solution : Toujours dans le fichier robots.txt, déclarer aux moteurs de recherche l’URL du fichier Sitemap

Exemple ci-dessous de mon fichier robots.txt

Fichier robots.txt

Et voici mon fichier sitemap.xml généré par le plugin Rank Math

Fichier sitemap.xml

3. La pertinence du contenu : répondre aux besoins exprimés dans les mots-clés

Pour attirer du trafic grâce au SEO, il faut avant tout se poser les bonnes questions. N’oublions pas que c’est beaucoup de Marketing avant tout.

Une en particulier : « Qu’est-ce que ma cible va taper dans sa barre de recherche Google ? »

Listez ce qui vous passe par la tête. Mais surtout, ne pensez pas seulement à votre produit, ou votre service. Allez puiser dans les besoins de votre prospect idéal et de vos clients.

Vendre une solution à un problème ou un besoin est puissant. Ces besoins sont exprimés sur Google. À vous de les découvrir. Lisez bien la suite, j’essaie de vous expliquer au mieux mon propos.

Comprendre l’intention de recherche

Pour en apprendre plus à ce sujet, je vous propose une ressource : Le chapitre 1 de mon article sur le process de rédaction SEO que j’utilise.

Astuce 💡 Espionner les mots-clés des concurrents (pour subtiliser leurs parts de marché trafic)

Actuellement une des techniques les plus simples quand on débute en SEO.

Au lieu de se prendre la tête à vouloir trouver à tout prix ce que recherche notre prospect idéal, pourquoi ne pas se servir chez ceux qui ont déjà trouvé ?

Cela se fait en 3 clics :

  1. Se connecter sur Ahrefs.com (mon outil SEO du quotidien)
  2. cliquer sur ‘Site Explorer’ et saisir le site du concurrent qu’on souhaite espionner
  3. prendre des notes des requêtes sur lesquelles il se classe. Créer une liste des mots-clés qui nous intéressent.

Exemple en images : Je vais allez piocher dans les Keywords d’une agence de marketing digital

1) Site explorer
2) Saisir l’URL racine (le nom de domaine) que Ahrefs doit explorer
3) Cliquer sur ‘Mots-Clés Organiques’
4) Récolter les infos sur les mots-clés qui apportent du trafic à ce site web

Comme vous pouvez le voir, on accède aussi au volume, la difficulté estimée, le nombre de clics, la position actuelle dans Google de l’URL de ce site, etc…

Tout plein d’informations qui me seront bien utiles pour trouver les mots-clés qui m’intéressent.


4. Structurer et hiérarchiser son contenu

Notre site doit être compréhensible. Classer les contenus par thématiques principales et sous-thématiques permet de créer des « silos« .

C’est le nom que l’on donne en SEO aux différentes parties d’un site qui regroupent des contenus autour d’un sujet principal (les exemples vont suivre).

Des contenus organisés et hiérarchisés permettent à Google de mieux comprendre de quoi on parle. Ce conseil rejoint ce que j’évoquais plus tôt dans la partie sur le linking interne.

Encore une fois, il est toujours intéressant de se rendre sur les sites des leaders d’une industrie. Et ceux qui attirent beaucoup de trafic SEO.

Ainsi, on peut observer quel type de structure semble fonctionner, pour s’en inspirer.

MindMap pour comprendre la structure en silo

Regardons un exemple concret de structure optimisée. Imaginons que nous sommes sur le blog d’un conseiller financier. Voici comment je structurerais son menu et ses pages ou articles

Nous pouvons voir des silos de contenus reliés par un menu. Ce menu sur le site afficherait les niveaux 1, et les niveaux 2 sous chaque niveau 1 quand on passe la souris dessus.

Chaque page est rangée dans un silo bien précis, sous sa « thématique mère ».

Maintenant, il faut faire les liens entre ces contenus. C’est ce que l’on nomme le « maillage interne« .

Mais attention, on ne le fait pas n’importe comment. Quand on choisit de créer des silos de contenu, il faut retenir que :

  • Les pages de niveau inférieur (niveau 2, 3, 4…) au sein de chaque silo peuvent être maillées entre elles avec leurs pages sœurs (celles du même niveau) ;
  • On évite de faire du lien entre différents articles de différentes thématiques dans les niveaux profonds ;
  • Les pages de niveau 1 des différents silos peuvent faire des liens entre elles
  • Les pages de niveau 2 d’un silo peuvent faire un lien vers la page de niveau 1 d’un autre silo.
Exemple de bonnes pratiques lorsque l’on crée un silo SEO

Voici ce que Google nous indique dans son guide des bonnes pratiques :

Problème : Avoir des articles et des pages partout dans le site, sans liens ni organisation claire. On ne comprend pas ce qu’on peut trouver ni où le trouver.

Solution : Bien établir sa structure de site. Par exemple en créant une MindMap sur MindMeister. Les post-it sur le tableau blanc fonctionnent aussi. Puis regrouper ses contenus par sujets connexes tout en prévoyant les liens internes qui seront faits.


5. Publier du contenu UTILE et UNIQUE

C’est le dernier point que je dois aborder avant que mon article sur les Google Webmasters Guidelines devienne trop long.

J’insiste car c’est vraiment trop important pour que je me retienne de le répéter : Google aime les sites qui apportent beaucoup d’informations de qualité aux internautes.

Je vous copie ici 3 de leurs consignes inscrites dans les « principes de base » de Google.

« – Concevez vos pages en pensant d’abord aux internautes et non aux moteurs de recherche.

– Ne trompez pas les internautes.

-Évitez les « astuces » destinées à améliorer le classement sur les moteurs de recherche

-Pensez aux éléments qui rendent votre site Web unique et attrayant, et qui lui confèrent de la valeur. Faites en sorte que votre site Web se distingue des sites concurrents dans votre secteur d’activité. »

Pour savoir quel type de contenu et quelle qualité est attendue, il suffit d’étudier ses concurrents qui performent sur Google. Dans une start-up, on dirait « faire un Benchmark ».

Faisons donc un Benchmark SEO qui doit nous révéler :

  • Les sujets traités par nos concurrents ;
  • comment ils écrivent ;
  • comment ils structurent leurs contenus.

Sans cette étape, c’est difficile de savoir sur quoi se baser.

Et pour faire mieux, on va produire des contenus encore plus utiles, mieux écrits, vraiment complets. Vous pouvez consulter mon process de rédaction SEO si cela vous intéresse. Ces pages devront devenir des références sur les thématiques que l’on traite dans notre site.

Ensuite seulement, on optimise avec toutes les petites améliorations On-Page et l’intégration d’un champ lexical SEO intelligent.



RAPPEL | L’essentiel à retenir

  • Bien comprendre les Webmaster Guidelines de Google permet d’éviter certaines erreurs qui endommagent le référencement
  • Google ajoute souvent de nouvelles recommandations : restez connectés avec les experts SEO et suivez les newsletter de Google Search
  • Une architecture du site claire avec une hiérarchie logique entre les contenus permet une meilleure compréhension par Google et par les utilisateurs
  • Le contenu doit être unique, riche en informations, agréable à lire, et optimisé.

Partager cet article :
Rédigé par : Antoine Ferec

Rédigé par : Antoine Ferec

Copywriter | SEO | Webmaster

Formé en Marketing à l'EDHEC. Je me suis lancé dans le Web après 10 ans de Sport à haut niveau couplé avec mes études. Depuis 2018, je récolte du trafic organique pour mes clients grâce au SEO et au Copywriting.
En savoir plus

Laisser un commentaire